Does God want you to prosper?

If you are God's servant, God takes delight in the prosperity of His servant. (Psalm 35:27). We should choose this day whom we will serve. Will it be God, or will it be mammon? Are we interested in Kingdom purposes, or in our own purposes?

Some Christians say, "I am content to just have little, as long as I have enough to get by. I don't believe in prosperity". That, my friend, can be an incredibly selfish point of view. You see, Jesus did not teach us to pray, "Give me this day my daily bread", but rather "Give us this day our daily bread". And while ever there are church planters anywhere in the world who lack daily bread, God wants you to pray that they might get it (maybe you can be part of the answer, too). They, the third world church planters, are included in the "us". Not only that, what shall we say of the billions who get no spiritual daily bread, because we who have the capacity to do something about it do so little. Is it right if we neither pray nor care enough to act in going or sending so that the living bread of God gets to these people? How can we even to pretend that we are serious about "loving our neighbour as ourself" when we refuse to give ourselves and our resources to enable "our neighbours" in this global village to have access to the gospel? I submit to you that it is impossible, once we are informed on the matter.

So don't be content to have just a little, and be unable to bless God's big Kingdom work. That could be laziness, or selfishness. Listen, you and I may be called upon to deny ourselves many comforts and luxuries to give more to what is truly important, but only do it if you can stay grateful. I say it is better to give generously and abundantly, even if one "enjoys all things which God richly gives us to enjoy" than it is to be poverty-stricken or even mediocre in both our personal quality of life and our level of Kingdom involvement.

God is not against us having some reserves, or living in a better place or whatever. It all depends on what God has called you to do. Personally, those material things don't excite me, but if God calls me to live in a wealthy neighbourhood for a while, I'll do it with joy. He would have to send me, because I don't want to go to a place where only few are going to turn to God. On the issue of false economies again, I don't want to wear out my body eating bad quality food because God has enabled me to enjoy healthy and good food when it is time to eat. I thank God for His good gifts to me. I don't want to draw attention to myself either by wearing poor clothes or excessively fancy clothes. However, if I had to choose, I think God would want me to dress better, because that reflects better on Him. Heaven is not cheap, nor is it "poor".

  God has given us many good things to enjoy. This is biblical. But what we need to do is remember "WHY" God prospers us. The reason is clear to me. "And you shall remember the Lord your God, for it is He who gives you the power to get wealth, that He may establish His covenant which he swore to your fathers, as it is to this day." (Deuteronomy 8:18). I'm so glad we can be a part of bringing the gospel to the world through winningchildrenforchrist,via the internet. People are getting committed to God every day through our blogger. God so longs that people be saved, and He wants you to be a part of it. Along the way you can be sure that he will richly give you so many things to enjoy. He's like that!
God bless you!

                                                         The Nature of God
Jesus taught us to pray, "Our Father". As Christians, we have a good Father, who loves us. Let's always remember that. In the natural, you may have had a father who was not so good to you, but what counts for you as a believer is that first and foremost God is your father. Thank God for all the good earthly fathers that exist too! But, even if you could imagine the most wonderful earthly father, who was so interested and desirous that their child would be loved, do well, develop and achieve wonderful things - and was also capable of helping that child significantly - that father would not compare to Our Heavenly Father, if only you knew it. God causes all things to work together for good for those that love Him and are called according to His purpose (Romans 8:28). Does that include you? Well it can be you, if you respond to God's love and call. I'm sure most of my readers would want to do that.

God is generous. There's more than enough resources on this planet for everyone. Its the evil systems of men that mean that so many live in poverty. Note the connection between those words - "evil" and "poverty". When God made the world, Adam and Eve had an abundance to enjoy. The new earth similarly, will be an abundant source of blessing for its inhabitants. In the time in between, there is a battle for the rule of God's Kingdom. This is where we live, and if we harmonise with God's purposes and seek first His Kingdom and righteousness, we are going to find that material abundance starts to come after us in ever increasing measure.

Consider how rich God made some of His servants. The Bible said of Abram that he was "very rich". King David gave tens of millions of dollars worth of gold out of his personal fortune to the construction of the temple. Most people know that Solomon was even more wealthy than David. Joseph, Job, Esther, Hezekiah and many more were all remarkably wealthy people. The Bible says that. How can we reconcile these Bible facts with a view of God which sees Him as stingy and mean. It can't be done.

The Purpose of God

What is the purpose of God? The Bible says that "for whom He foreknew, He also predestined to be conformed to the image of His Son, that He might be the firstborn among many brethren". God's purpose is to have many sons like Jesus! We all have our unique personalities and differences, and that is a blessing of God. God does not intend to obliterate our personalities or differences. Yet God wants all to have the nature, purpose and character of Jesus. Its even plainly declared that God wants believers to do the works of Jesus, and greater, but that is another subject! (see John 14:12).

God wanted so much to rescue people from the dominion of Satan that He gave the best He had - His only begotten Son. He did not send an angel or just another prophet, but His dear Son - part of Himself really. God gave His best. If we are to imitate God, as Ephesians 5:1 instructs us to do, we also ought to give our best. But what should we give to? We should give to God's purposes. And what is God's purpose? God's purpose is "that none should perish, but all should come to a knowledge of the truth". God's purpose is that His Kingdom come, His will be done on earth, as it is in heaven! God wants people to be saved. Jesus gave His blood for that! God poured out the Holy Spirit for that. The church exists on earth today, for that. If all God wanted was a few chosen ones to talk with all day, He would take all His children to heaven now and damn the world. But He's not like that. Aren't you glad that God waited long enough for you to get saved?

             So Where Does Material Prosperity Fit into This?
I don't fully know why, but God has limited His own operations on earth according to the measure of co-operation He willingly receives from people on earth. Nothing good happens without prayer, without asking God to get involved with things on the earth, and nothing good happens without obedience - without people doing what God is telling them to do. God could only establish a plan of redemption because He found a man, Abram, who was willing to hear Him and do what He said - even to the point of offering up his own Son as an offering. And because of the blood covenant God made with Abraham, anything Abraham was willing to do for God, like that, God had to be willing to do for Abraham's descendants too. That is one reason why God did give His Son to die as an offering for us. You see, even in that, God had a man who by his faith and obedience opened the door for God to move.

Can God trust you with money? He can't trust all that many people. The reason is, many Christians, whether they are rich or poor, trust in the money they have now more than in God's ability to provide for them and the ministry they have to do for Him in the future. We are told NOT to trust in riches. Paul told Timothy, "Command those who are rich in this present age not to be haughty, nor to trust in uncertain riches, but in the living God, who gives us richly all things to enjoy." (1 Timothy 6:17). Its easy when you get some money to think, "Right, how can I hold onto this money for the future? This money will protect me and my family in days to come. I can trust that it will. Money will not fail me. I must hold onto it." That is trusting in riches, and you and I don't know if our money will stay with us or leave us. We don't know if it will lose its value or not. The same is true for property, gold, shares or any other assets we may have. They are "uncertain riches". God would like us to invest in something certain, something eternal. Does that sound like a good investment plan or not?

"He is no fool who gives up what he cannot keep, to gain what he cannot lose." I'm convinced that when we don't tithe, the devil takes what we failed to pay to God's house. We can't keep the tithe. Not only that, ultimately, we can't keep any material wealth. When we die, it has no power to help us any more. In one sense, we only keep what we give in obedience to God.

A lot of people don't receive prosperity because God cannot trust them with money and resources. He who is faithful in a small thing will be faithful in much. Did God ever give His people "much" over which to rule? You had better believe it. Read your Bible.

God Wants Us to Prosper to the Extent that Our Souls Prosper

The apostle John, known for his closeness to the heart of God, wrote, "Beloved, I pray that you may prosper in all things and be in health, just as your soul prosper" (3 John 2). He then want on to describe some of the good works Gaius was doing for the Lord's evangelists and fellow workers. Gaius could not have done much here had he been homeless, or poverty stricken.

Now this verse shows that God wants us to prosper in all things. John would not pray for something that was not the will of God. He prayed for Gaius because it was God's will that he prosper. And not Gaius only, for it is a general truth that "the Lord takes pleasure in the prosperity of his servant" (Psalm 35:27).

The key to prosperity is the state of the soul. God wants us to renew our minds (Romans 12:2). If our minds are carnal, our desires wicked then its true that prosperity would not do us much good. "The wages of the wicked are spent on sin", the Book of Proverbs says, but the labor of the righteous leads to life.

If our minds are sufficiently renewed then it is definitely in God's interest to prosper us in all things, including material things. There is a purpose! However, many times we flatter ourselves that we have God's perspective on things when we really lack it. We need to go after God's wisdom if we are to prosper - that includes the gaining of both spiritual and natural knowledge and applying ourselves diligently to our work, whatever God has given us to do. We need to learn to obey the Holy Spirit concerning our money - what to do with it. I don't believe that tithing in itself, for example, is a guarantee that God will pour money on us. It certainly provides a necessary measure of proetction. However, it is to the extent that we seek God for wisdom, and live righteously according to His kingdom principles that God will cause material prosperity to come upon us, and "all these things will be added unto us" (Matthew 6:33). Concerning "wisdom", let us not forget that "he who is wise wins souls" (Proverbs 11:30). May God give us all more of that wisdom. This is the one thing I would urge every Christian to participate in, in as many ways as possible.

We may have to get rid of traditional religious thinking that would say that poverty is a blessing, in order for God to fully renew our minds in the area of divine abundance. God's level of provision is abundance, so that we can be generous on every occasion (see 2 Corinthians 9:8). May God deliver us from hypocritical teachings on the blessing of poverty and such. Poverty in the Old Testament was considered part of the curse of the law (Deuteronomy 28:15ff) and as long as we are generous towards God (VERY IMPORTANT), God is pleased to entrust us with the resources necessary not only for our own lives, but also to be involved in the spread of His Kingdom in the world. The Bible says that in Christ we have been redeemed from the curse of the law (Galatians 3:13,14). Its God's will for us to enjoy freedom from the curse. Sometimes we have to fight to be strong in faith in these areas, because establishing the Kingdom involves a spiritual struggle. But let us not give in from the start by accepting unbiblical but pious sounding notions concerning poverty and riches.

In questions about prosperity, it is really important for us in all this to keep in mind who God is, His nature, and his purpose.

Acts 2:48

             Dangers of Prosperity

There is danger for us when "we are full and need nothing", or so we think. The Laodicean church described in Revelation 3 was like that. They were viewed as pitiful, naked, wretched and blind by the Lord. One wise man prayed, "Give me neither poverty nor riches - feed me with the food allotted to me; Lest I be full and deny You, and say, 'Who is the Lord?' or lest I be poor and steal, and profane the name of my God." (Proverbs 30:8,9).

The danger of prosperity is that it is very easy to trust in riches, and think you don't need the Lord's guidance as much if you have plenty of money in the bank. A serious mistake, and one that often brings on the discipline of the Lord. The more we have, the more we need God's guidance. There is a huge responsibility in administrating much wealth. Its great when God tells you to give some away to his work, because then it is safe with God. You then have "eternal treasure in heaven" and you don't carry the responsibility for it any more. You also open yourself up for future financial blessings simply because that is a law of the Kingdom.

Plenty of times in the Bible, however, we see how prosperity can lead a person to a place where they are ready to fall. Solomon for example, having become fantastically wealthy, did not continue to seek the Lord with all his heart. Instead he went after foreign women and then their false idols. Hezekiah became proud of his wealth and showed it off to leading men from Babylon - also he failed to give adequate thanks to God for his healing, which eventually brought wrath upon Israel. This is yet another reason why "thankfulness" is such a key to preparing one's heart for material prosperity from the hand of the Lord. And as for unthankfulness, do you think God enjoys further blessing ungrateful people who are focussed on what they don't have, rather than what God has already done for them? God was really angry about the grumbling attitude of the Israelites in the wilderness. So when we go through our wilderness experiences, and we will, it is best to be thankful. The land of milk and honey lies ahead. But we need to stay on track with God, and keep our faith in the midst of trials.

Don't allow fear of temptation to control you on the issue of prosperity, but neither be unaware of the need to draw closer to God when you are prospered. The Lord is able to keep you from falling. Do you really want to be a person that God cannot trust?


D'où vient l'habitude de célébrer Noël ? De la Bible ou du paganisme ? Voici des faits qui pourront vous choquer ! Connaissez-vous l'origine de l'arbre de Noël, du " Père Noël " et du " Divin Enfant " ? Connaissez-vous l'origine de la branche de gui, de la guirlande de houx, et de la coutume d'échanger des cadeaux ?

La fête de Noël célèbre-t-elle véritablement le jour de la naissance de Jésus ? Jésus est-il né un 25 décembre ? Paul, les autres apôtres et l'Eglise primitive du Nouveau Testament célébraient-ils Noël ? Savez-vous ce que dit la Bible à propos de l'arbre de Noël ?

Réfléchissons un peu... Rares sont ceux qui savent pourquoi nous faisons les choses telles que nous les faisons ou qui connaissent l'origine de certaines de nos coutumes. Nés dans un monde rempli de coutumes, nous avons grandi en les pratiquant - et en les considérant comme allant de soi.


Fête païenne et non pas chrétienne

Le monde pense que Noël est le principal des jours fériés chrétiens. Sans se poser des questions, les gens croient aveuglément que célébrer ce jour-là doit répondre à un enseignement essentiel du Nouveau Testament. On suppose que Jésus naquit le 25 décembre, et que le Nouveau Testament a mis ce jour à part en tant que fête chrétienne par excellence ! On croit que l'échange de cadeaux provient de ce que les Mages firent des présents à l'enfant Jésus.

Mais laissons de côté suppositions et conjectures, pour interroger l'Histoire et la Bible, afin de nous documenter sur les faits !

Le mot anglais " Christmas " signifie " Messe du Christ ", une messe qui nous a été transmise par l'Eglise Catholique Romaine. Et d'où cette Eglise l'a-t-elle reçue ? De la célébration païenne du 25 décembre, en tant que jour anniversaire de la naissance de Sol, le dieu-soleil. En réalité, il s'agit d'un rite antique du Baalisme que la Bible condamne, comme le plus abominable de tous les cultes idolâtres.

Nulle part, dans le Nouveau Testament, il n'est fait allusion à Noël. Jamais ce jour ne fut observé par Paul, ni par les autres apôtres, ni par l'Eglise chrétienne primitive authentique.

Le fait de célébrer le 25 décembre comme étant l'anniversaire de naissance de Jésus, fait partie de ces fables dont parle l'apôtre Paul (2 Timothée 4:4), en disant qu'elles égareraient le monde en ces derniers jours.

La pure vérité, c'est que Noël n'est pas du tout le jour anniversaire du Christ. Et cette fête, considérée par beaucoup comme tellement importante, n'est pas d'origine chrétienne, mais païenne - babylonienne.

Cependant, quelle différence cela fait-il ? N'est-il pas bien de continuer à l'observer malgré tout ? Quel qu'ait pu être son commencement, " l'esprit de Noël " n'est-il pas une chose magnifique ?

Nous allons le voir...


Jésus n'est pas né pas le 25 décembre

Tout d'abord, portons notre attention sur la question intéressante qui doit nous fournir une preuve : à quel moment la naissance de Jésus eut-elle lieu ?

Jésus ne naquit point pendant la saison d'hiver. Lorsque le Christ-enfant vint au monde, " il y avait, dans cette même contrée, des bergers qui passaient dans les champs les veilles de la nuit pour garder leur troupeau " (Luc 2:8).

Jamais ceci n'eût pu se produire au mois de décembre, en Palestine. Les bergers descendaient toujours leurs troupeaux de la montagne et des hauts pâturages au plus tard le 15 octobre, pour les protéger de la pluie et du froid qui faisaient alors leur apparition. La Bible elle-même démontre (dans le Cantique des Cantiques 2:11 ; Esdras 10:9 et 13) que l'hiver était une saison pluvieuse ne permettant pas aux bergers de demeurer aux champs à ciel ouvert la nuit.

A l'époque, c'était une coutume ancienne, chez les israélites, de conduire leurs troupeaux aux champs et au désert, aux environs de la Pâque (début printemps), et de les en ramener au moment des premières pluies, (comme l'écrit le " Adam Clarke's Commentary " Vol. V, page 386). Poursuivant son exposé, Adam Clarke déclare : " Pendant que leurs troupeaux étaient dehors, les bergers les surveillaient nuit et jour ".

Et... comme les premières pluies apparaissaient au début du mois de Marchesvan, correspondant à une partie de nos mois d'octobre et de novembre [début mi-octobre], nous constatons que les moutons étaient laissés en pleine campagne durant tout l'été. Et, puisque ces bergers n'avaient pas encore ramené leurs troupeaux à la bergerie, l'argument supposé s'impose alors qu'octobre n'avait pas encore commencé, et que, par conséquent, notre Seigneur ne pouvait naître le 25ème jour de décembre, alors qu'aucun troupeau ne se trouvait aux champs. Il ne pouvait pas non plus être né plus tard que fin septembre, époque où les troupeaux étaient encore gardés aux champs, la nuit. En nous basant sur cette simple constatation, nous devons renoncer à situer la nativité en décembre. L'époque de l'année où les troupeaux pâturent et pâturaient de nuit, dans la campagne, est un fait chronologique, donc immuable.

N'importe quelle encyclopédie ou autre autorité attestera que le Christ ne naquit certainement pas le 25 décembre. Même l'Encyclopédie catholique admet le fait et le déclare franchement.

Toutes les autorités reconnaissent, sans équivoque, que la date précise de la naissance de Jésus est inconnue (bien qu'il soit tout à fait possible, sur la base des Ecritures, en tenant compte des fêtes et du calendrier Hébraïques, de situer la naissance du Christ vers le début de l'automne, plus précisément fin septembre, six mois après la Pâque).

Si Dieu avait voulu que nous observions et célébrions l'anniversaire de la naissance du Christ, Il ne nous aurait pas laissés dans l'ignorance de la date exacte.


Ce que disent les encyclopédies

Ni dans le Nouveau Testament, ni dans l'Ancien Testament, on ne trouve aucun enseignement nous enjoignant d'observer Noël. Les chrétiens du premier siècle, qui suivaient l'enseignement inspiré de Pierre, de Paul et des autres apôtres, ne célébraient jamais Noël. Si étrange que cela puisse paraître, il n'existe AUCUNE AUTORITE BIBLIQUE relative à l'observance de Noël.

D'où nous vient donc cette fête de Noël ?

Puisque c'est de l'Institution Catholique Romaine que nous la tenons, et qu'elle ne repose sur aucune autorité hormis celle-ci, examinons l'Encyclopédie catholique (version anglaise), publiée par cette Institution. Sous le mot Christmas " Noël ", nous trouvons ceci :

" Noël ne figurait pas au nombre des premières fêtes instituées par l'Eglise... Le premier témoignage relatif à cette fête est d'origine égyptienne... Les coutumes païennes centrées autour des calendes de janvier gravitèrent vers Noël ".

Et, plus loin, nous trouvons cette vérité étonnante : " Dans les Ecritures, seulement les pécheurs, non les saints, célèbrent leur anniversaire ".

D'après l'Encyclopédie britannique, " Christmas, c'est-à-dire la Messe du Christ [Noël], n'a jamais fait partie des fêtes originelles de l'Eglise ". En effet, elle n'a été instituée ni par le Christ, ni par les apôtres, ni par l'autorité de la Bible : elle fut empruntée au paganisme.

L'Encyclopédie américaine déclare : " Christmas [Noël], d'après un grand nombre d'autorités, ne fut pas célébré au cours des premiers siècles de l'Eglise chrétienne, car l'usage chrétien était en général que l'on célébrât la mort de personnages importants, plutôt que leur naissance... ".

La " Communion ", qui est instituée en vertu de l'autorité biblique du Nouveau Testament, est une COMMEMORATION de la MORT de Christ.

" Une fête fut établie au quatrième siècle, en mémoire de la naissance du Christ. Au cinquième siècle, l'Eglise d'Occident ordonna qu'elle fut désormais célébrée le jour de l'ancienne fête romaine de la naissance de Sol, puisqu'il n'existait aucune connaissance certaine de la date de la naissance du Christ ".


Cette coutume païenne s'introduisit dans l'Eglise

Ces autorités historiques démontrent que Noël ne fut pas observé par les chrétiens au cours des deux ou trois premiers siècles. L'observance de Noël s'introduisit dans l'Eglise occidentale, ou Eglise romaine, au QUATRIEME siècle après Jésus-Christ. Et ce ne fut qu'au CINQUIEME siècle que l'Eglise romaine en vint à ordonner qu'à l'avenir, soit célébré en tant que fête " chrétienne " officielle.

Mais comment cette coutume païenne trouva-t-elle le moyen de se glisser au sein d'une prétendue chrétienté ?

C'est ce que l'Encyclopédie Schaff-Herzog expose clairement dans son article sur " Christmas " [Noël] : " Il ne peut être établi, avec précision, jusqu'à quel point l'on fit dépendre la date de Noël de cette fête de Brumalia païenne [25 décembre] qui suivait les Saturnalia [17-24 décembre] célébrant le jour le plus court de l'année et " le nouveau Soleil ". Les Saturnalia et Brumalia païennes étaient trop profondément enracinées dans les mœurs populaires pour pouvoir être supplantées par l'influence chrétienne... La fête païenne, avec son accompagnement de festins, de réjouissances et d'orgies, était tellement populaire que les chrétiens furent heureux d'avoir cette excuse pour en continuer la célébration avec aussi peu de changements, tant dans l'esprit que dans la forme. Les prédicateurs chrétiens de l'Occident et du Proche-Orient firent entendre de vives protestations contre la frivolité inconvenante avec laquelle la commémoration de la naissance du Christ était célébrée, alors que les chrétiens de Mésopotamie accusaient leurs frères occidentaux d'idolâtrie et d'adoration du soleil, parce qu'ils adoptaient cette fête païenne en l'appelant chrétienne ".

Il n'est pas inutile de rappeler ici que, jusqu'alors, le monde romain avait été païen. Avant le quatrième siècle, les chrétiens, bien qu'en nombre croissant, étaient encore peu nombreux, et étaient persécutés par le gouvernement et par les païens. Mais, lors de son avènement à la dignité d'empereur, au quatrième siècle, Constantin fit profession de christianisme, et le plaça sur le même pied que le paganisme ; les citoyens du monde romain ne furent pas longs à adhérer, par centaine de mille, à cette religion chrétienne devenue populaire.

Toutefois, nous ne devons pas oublier que ces gens avaient grandi au sein de coutumes et de pratiques païennes, dont la principale était cette fête idolâtre du 25 décembre. C'était une fête de réjouissances pénétrée d'un esprit caractéristique bien à elle, et les gens s'y livraient avec bonheur parce qu'elle comblait leurs désirs. Ils n'avaient nulle envie d'y renoncer.

L'Encyclopédie Schaff-Herzog explique les raisons de la reconnaissance du dimanche par l'empereur Constantin : " Le jour dédié au Soleil dans le culte païen, et l'influence du manichéisme païen qui identifiait le Fils de Dieu au Soleil physique, apportaient à ces païens du quatrième siècle (qui acceptaient maintenant le " christianisme "), l'excuse qu'il leur fallait pour pouvoir appliquer leur fête païenne du 25 décembre (naissance du dieu-Soleil) à celle de la naissance du Fils de Dieu ".

Et c'est ainsi que " Christmas " [Noël] fit son entrée dans notre prétendue chrétienté. Nous avons beau la désigner par un autre nom, il n'empêche que c'est toujours la même fête païenne du culte voué au soleil. L'unique changement réside dans le nom qu'on lui attribue. Vous pouvez appeler un lapin un " lion ", il n'en sera pas moins un lapin.

L'Encyclopédie britannique dit : " Certains Latins, à une époque aussi reculée que l'année 354, peuvent avoir transféré la date anniversaire du 6 janvier au 25 décembre, qui était alors une fête mithriaque... anniversaire du Soleil invincible... Les Syriens et les Arméniens, qui s'en tenaient au 6 janvier, accusaient les Romains d'adoration du soleil et d'idolâtrie, puisque la fête du 25 décembre avait été créée par les disciples de Cerinthus... ".

                                 BIBLE ET PROSPERITE

L’évangile : succès garanti ?

Depuis le XXe siècle et plus encore aujourd’hui, le monde entier est bombardé partout par ce qu’il est convenu d’appeler l’évangile de prospérité. Selon cet évangile, un enfant de Dieu ne doit pas être pauvre ou souffrir. Une fois qu’une personne a accepté Christ, elle a trouvé la panacée à tous les maux de ce monde terrestre. Il semble clair que c’est le corollaire religieux de la lutte contre la pauvreté séculière. La question est de savoir si c’est bien cela que la Parole de Dieu nous offre. Sinon, que doit être la position du vrai chrétien vis-à-vis de cet évangile de prospérité ? Les manifestations de l’évangile de prospérité – deux facettes : biens matériels et santé
Cet évangile se caractérise de deux manières. D’un côté, le chrétien doit posséder des richesses financières et matérielles qui sont, au dire des défenseurs de cet évangile, un signe de la bénédiction de Dieu. Ainsi, un chrétien qui manque d’argent ou de biens matériels est considéré comme placé sous la malédiction de Dieu. Les adeptes de cet évangile recherchent des postes à grande responsabilité dans les lieux de service. Celui qui n’accède pas à ces postes à responsabilité n’est pas content de son sort. Alors il doit consulter son pasteur, son apôtre ou son prophète pour faire confession de péchés qui se cacheraient dans sa vie et adresser des prières à Dieu.
D’un autre côté, le chrétien doit être en bonne santé et ne pas souffrir de persécution ou de quelque problème que ce soit. D’où les prières de guérison et de délivrance organisées publiquement à même les carrefours des routes de nos villes et villages. Chaque difficulté dans la vie du chrétien est perçue comme un mauvais sort ou un démon lancé par notre adversaire le diable. Le chrétien doit donc ainsi se soumettre à la cure d’âme de ces leaders qui ont le prétendu don de guérison, de miracle ou de prophétie.

Les arguments « bibliques » de l’évangile de prospérité

Rien en réalité ne se passe sans la Bible. Tout le monde se base sur la Parole de Dieu, y compris notre adversaire le diable (Mat 4.6). Ainsi, les défenseurs de l’évangile de prospérité ne manquent ni de versets bibliques, ni d’esquisses théologiques.
Parmi les versets souvent cités par ceux qui défendent l’évangile de prospérité, citons Jean 10.10 où Jésus dit qu’il est venu pour que ses brebis aient la vie en abondance. Ou encore, Jésus s’est fait pauvre afin que nous devenions riches (2 Cor 8.9). L’apôtre Jean semble donner une bonne base à cet évangile de prospérité quand il souhaite que nous prospérions à tous égards (3 Jean 2). Ce n’est pas seulement le Nouveau Testament qui dirige la pensée de l’évangile de prospérité, mais aussi l’Ancien Testament qui vient fort bien à la rescousse. Ainsi, les prédications dominicales font régulièrement appel à Proverbes 3.7-10 et Malachie 3.8-10.
Sur le plan théologique, l’évangile de prospérité impose le concept de la dîme pour les serviteurs de Dieu, alors qu’il a de la peine à expliquer aux chrétiens les principes d’offrande, de secours, et de collecte pour les démunis (Act 11.29 ; 1 Cor 16.1 ; 2 Cor 8-9). En outre, l’évangile de prospérité prétend que Dieu n’est pas pauvre. La terre et tout ce qu’elle renferme est à Dieu. Par conséquent, ses enfants ne doivent ni souffrir ni être pauvres.
En apparence, ces arguments paraissent convaincants. Et même, ils séduisent beaucoup de chrétiens. Mais en réalité, est-ce là le pur enseignement de la Parole de Dieu ? Le véritable chrétien doit savoir que le problème n’est pas de trouver les versets bibliques pour appuyer une doctrine, mais plutôt de savoir les interpréter dans leur contexte. Nous pensons donc que la Bible au lieu d’enseigner l’évangile de prospérité, enseigne plutôt l’Evangile du salut.

L’Evangile du salut

Ce que Dieu promet dans son plan scripturaire, c’est le pardon de nos péchés et la vie éternelle qui est la connaissance de Dieu (Jean 17.3) et la communion avec Dieu. C’est dans ce cadre que l’homme trouve la vraie prospérité et le vrai bonheur. C’est pourquoi il est dit dans Proverbes 28.13 que « celui qui cache ses transgressions ne prospère point ». L’étude du mot « prospérer » dans l’Ancien Testament comme dans le Nouveau Testament, montre que les termes hébreux et grecs veulent dire « réussir, faire des progrès, être heureux ». La prospérité biblique se situe après le salut en Christ, et consiste à faire des progrès dans la vie chrétienne. C’est ainsi que réussissaient Daniel et ses trois compagnons dans l’Empire babylonien (Dan 3.30 ; 6.28). C’est ce succès et ces progrès dans la vie chrétienne que l’apôtre Jean souhaite pour nous (3 Jean 2). D’ailleurs Jésus déclare que la vie d’un homme ne dépend pas de la valeur de ses biens, fût-il dans l’abondance (Luc 12.15).
Par l’Evangile du salut, Dieu promet de subvenir à nos besoins et de nous secourir dans les détresses. Cela sous-entend que le chrétien peut être dans les besoins et dans les difficultés (Ps 46.2 ; 50.15 ; Phil 4.6 ; Héb 4.16).

Les arguments bibliques de l’Evangile du salut

Nous pensons que les arguments avancés par la théorie de l’évangile de prospérité sont mal interprétés. Nous allons simplement citer un certain nombre de versets qui montrent la vraie position du chrétien dans ce monde. Selon l’Evangile du salut, le chrétien est appelé à entrer dans le royaume de Dieu par les tribulations (Act 14.22), et à passer par des épreuves pour que sa foi soit affinée (Jac 1.2-4 ; 1 Pi 1.6-7). Dans la deuxième lettre de Paul à Timothée, chaque chapitre mentionne au moins une fois un terme relatif à la souffrance. Le Seigneur a pris soin d’indiquer aux apôtres, et donc à nous-mêmes, qu’il y aurait des tribulations dans le monde (Jean 16.33).
Par ailleurs, Dieu nous corrige lorsque nous avons péché (Héb 12.5-6) et nous met à l’épreuve. L’Eglise de Dieu aura toujours en son sein, des riches (1 Tim 6.17) et des pauvres (Jac 2.5 ; 1 Cor 1.26). La souffrance et les maladies ne cesseront qu’après la résurrection des morts et dans la Nouvelle Jérusalem (1 Cor 15.54-55 ; Apoc 21.4).

La solution biblique : le contentement

Pendant sa vie chrétienne, l’enfant de Dieu connaîtra des temps difficiles et des temps généreux. De ce fait, l’Evangile du salut nous donne la solution du contentement (Phil 4.11-12 ; 1 Tim 6.6 ; Héb 13.5). C’est intéressant que le grand apôtre Paul ait appris à vivre dans l’abondance et dans la disette. La piété n’est pas une source de gain ; « c’est en effet, une grande source de gain que la piété avec le contentement, car nous n’avons rien apporté dans le monde, et il est évident que nous n’en pouvons rien emporter ». Ceux qui s’attachent à l’évangile de prospérité et non à celui du salut, ont une grande leçon à apprendre de ce passage de 1 Timothée 6.6-19. Désirons-nous, nous aussi, adopter cette attitude spirituelle du contentement ?

                Qu’est-ce que la prospérité?
« Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu; et toutes ces choses vous seront données par-dessus. » (Matthieu 6 :33)
Jacques 2 :14-17;  Jean 14 :21;  II Corinthiens 9 :9
La vraie prospérité c’est l’habilité de se servir de la puissance de Dieu pour rencontrer nos besoins, quels qu’ils soient.
. La Prospérité spirituelle

Romains 8 :2;  Luc 4 :18;  6 :27-38

La prospérité spirituelle c’est d’être libéré de la loi du péché et de la mort. Être né de nouveau et rempli du Saint-Esprit nous place dans une position pour recevoir de Dieu, tout ce qui est promis dans Sa Parole.

Lorsqu' on fait allusion à la Prospérité, il nous vient souvent en tête une vague notion "d'argent et d'actifs". Mais bien sûr, ce n'est pas tout. La prospérité ne se résume pas uniquement à notre situation matérielle. La prospérité est aussi un état d’esprit par rapport à toute chose . Être reconnaissant des biens que l’on possède, de l’amour qui nous entoure et nous habite et de tout ces moments de bonheur que l’on vit au quotidien.

Nous rencontrons des gens qui, à prime à bord ne semblent pas posséder beaucoup ou tout simplement accordent moins d’importance aux biens matériels sur cette terre. Ils savent apprécier ce qu’ils ont et se sentent très prospères. Des gens heureux qui dégagent la joie de vivre. Il y a leurs opposants; des personnes qui semblent tout avoir dans la vie; une grande famille , une magnifique maison, des voitures de luxe, etc., mais au fond d'eux-mêmes persiste un grand vide. Peu importe leur fortune, il semble que ce ne soit jamais suffisant... comme un trou béant dans leur vie, impossible à combler.

Le secret de la prospérité

Bien-aimé, je souhaite que tu prospères à tous égards et sois en bonne santé, comme prospère l’état de ton âme, 3 Jean 2.
La prospérité qui est synonyme d'abondance, de richesse, de croissance ou de bien-être, fait partie du Projet de L’ÉTERNEL DIEU pour la vie de celui qui croit en LUI et met en pratique SA PAROLE. C'est pour cela que JÉSUS LE BON BERGER est venu, afin que les brebis aient la vie et qu’elles soient dans l’abondance, révèle Jean 10:10.
•Comment devenir prospère et le rester pour toujours ?
Il est écrit dans Proverbes 10:22 : C’est la Bénédiction de L’ÉTERNEL qui enrichit, et IL ne la fait suivre d’aucun chagrin. On peut en déduire que la prospérité durable émane de Notre PÈRE CÉLESTE qui pourvoit à tous les besoins de celui qui se confie en LUI. À l'instar des enfants d'Israël qui ne manquèrent de rien, dont les vêtements ne s'usèrent point et leurs pieds ne s'enflèrent point durant les quarante années de marche dans le désert, atteste Néhémie 9:21.

Beaucoup de chrétien(ne)s courent derrière la richesse, et se fatiguent après plusieurs tentatives infructueuses de s’enrichir. Car ils oublient ce verset du livre des Proverbes 23:4, où il est écrit : Ne te tourmente pas de t’enrichir, n’y applique pas ton intelligence. En effet, c'est de la Crainte de L'ÉTERNEL que provient la prospérité.

Parce que les sages-femmes avaient eu la Crainte de DIEU, DIEU fit prospérer leurs maisons, témoigne Exode 1:21. Heureux l’homme qui craint L’ÉTERNEL, qui trouve un grand plaisir à Ses Commandements. Sa postérité sera puissante sur la terre, la génération des hommes droits est bénie. Il a dans sa maison bien-être et richesse, et sa justice subsiste à jamais, attestent Psaume 112:1-3.

Lorsque LE DIEU TOUT-PUISSANT est Favorable à un homme, IL le bénit ainsi que toute sa maison, comme ce fut le cas d’Obed-Édom, raconte 2 Samuel 6:11. Ainsi, la pratique de la justice procure une bénédiction durable, souligne David en écrivant dans Psaume 37:25-26 :
J’ai été jeune, j’ai vieilli ; et je n’ai point vu le juste abandonné, ni sa postérité mendiant son pain, toujours il est compatissant, et il prête ; et sa postérité est bénie.
Quand l’état de l’âme prospère, tous les domaines de la vie prospèrent également.

Une fois la bénédiction acquise, il faut savoir la garder, et la faire fructifier par l’obéissance à LA PAROLE DE DIEU. En pratiquant la libéralité qui est une source de richesse, révèle Proverbes 11:24.

Live for Jesus

God wants you to make it to heaven. God will help you and empower you to live right. At the same time, we get to choose the right things in life. We get to turn away from wrong things. We get to overcome temptations. We get to say yes to God and no to temptations. We can say, 'No, in the Name of Jesus!' to things that would try to distract us from living for God.
Below are Bible verses to help you. There are many good Bible aids found in Christian bookstores.  Find a Bible believing local church or body of believers that you can be a part of.
Matt 7:13-14    "Enter by the narrow gate; for wide is the gate and broad is the way that leads to destruction, and there are many who go in by it. "Because narrow is the gate and difficult is the way which leads to life, and there are few who find it.
Titus 2:12-14     teaching us that, denying ungodliness and worldly lusts, we should live soberly, righteously, and godly in the present age, 13     looking for the blessed hope and glorious appearing of our great God and Savior Jesus Christ, 14     who gave Himself for us, that He might redeem us from every lawless deed and purify for Himself His own special people, zealous for good works.
Gods wants us to shun or turn away from all evil. We want to live as close to God as possible. We want to live as far away from the devil and ungodliness as possible. God gives us grace to overcome sin through the power of the Holy Spirit.
Ps 1:1 Blessed is the man who walks not in the counsel of the ungodly, nor stands in the path of sinners, nor sits in the seat of the scornful;
There is a blessing just for staying away from ungodliness, away from sinful places and from being scornful.
1 Cor 15:33 Do not be deceived: "Evil company corrupts good habits."
2 Cor 13:7 Now I pray to God that you do no evil, not that we should appear approved, but that you should do what is honorable, though we may seem disqualified.
1Thes 5:22 Abstain from all appearance of evil.
God want us to end up in heaven. However, for those who choose against God and receiving His Son, Jesus Christ, there is a place called hell. There is no water in hell!
Luke 16:23-25 And in hell he lift up his eyes, being in torments, and seeth Abraham afar off, and Lazarus in his bosom.24 And he cried and said, Father Abraham, have mercy on me, and send Lazarus, that he may dip the tip of his finger in water, and cool my tongue; for I am tormented in this flame. 25 But Abraham said, Son, remember that thou in thy lifetime receivedst thy good things, and likewise Lazarus evil things: but now he is comforted, and thou art tormented.
Matt 13:41-42 The Son of man shall send forth his angels, and they shall gather out of his kingdom all things that offend, and them which do iniquity;And shall cast them into a furnace of fire: there shall be wailing and gnashing of teeth.
Rev 21:8 "But the cowardly, unbelieving, abominable, murderers, sexually immoral, sorcerers, idolaters, and all liars shall have their part in the lake which burns with fire and brimstone, which is the second death."
Sadly, there are people who have been offended by the church or by Christians.  Each person must one day stand before God and answer for their words and actions unless they have been forgiven and covered by the Blood of Jesus Christ.  Don't let a past hurt stop you from being in heaven.  Look past people and look to Jesus, who alone can save us and give us eternal life!

                                  WHERE IS THE LORD WHEN ALL FALLS

           The book of Genesis 39-40 talks of the story of Joseph from when he was hated of his brothers, thrown into a pit,sold to Potiphar in Egypt as a slave, put into prison unjustly and later forgotten by the kings butler is one, many will call or term, a curse story and Joseph a curse person. Listen if Joseph was alive today and went through all these, and he was to see the many so call ministers of God, they would see all kinds of evil against him and lead him into all kinds of deliverance services if not "sowing seed" practices. Yes he would be blamed for all his misfortune. The question that will come up in most lips will probably be ,"WHERE IS GOD?"
           We usually see evil in everything, and every hardship, and it is either we blame the devil or some other persons for all the misfortunes we may encounter in our existence.Yet we never never want or have time to find out what is happening, and what is the will of God in all things. Our mind are only focused on justifying ourselves and never looking into things to see what may be the will of God. Certainly i am not saying we should fold our hands and allow every evil that befalls us, but that in trouble ,pain and hurt, what is the Lord trying to do through it, never forgetting Romans 8:28  And we know that all things work together for good to them that love God, to them who are the called according to his purpose. Yes i believe that in trouble, hurt disappointments etc, instead of us manifesting our choleric behaviors and blaming all the people around us, may we like the Lord Jesus Christ, seek the will of God, know it, live it, and obey it for we are certain that Romans 8:28 is true. I therefore plead with you to always seek the Lord in all things and to know what His purposes are.
          To Him who has given us life through the sacrifice of His son Jesus Christ on the cross, be glory, honor praise, power, majesty and might forever and ever.